On connaissait les objets connectés stars du wellness. L’engouement pour les trackers d’activité (Fitbit, Jawbone) a ralenti, et le relais a été pris par des dispositifs d’un genre nouveau : on s’est mis à suivre son sommeil, son alimentation… Mais aujourd’hui, on va plus loin et on veut tout savoir sur ses risques génétiques ou la composition de son micro-biome. Bienvenue dans l’ère de la santé personnalisée…

Fini le « Quantified Self » : voici le « Decoded Self ». Vous saviez que faire du sport était bon pour la santé, que vous deviez adopter une alimentation équilibrée. La promesse aujourd’hui est d’aller un cran plus loin, et de vous faire des recommandations entièrement personnalisées, à partir de vos prédispositions physiques, génétiques, métaboliques… Car on peut voir dans vos gènes un risque plus élevé d’avoir des courbatures à l’effort, ou bien dans votre flore intestinal  les raisons d’une tendance à prendre du poids ou avoir des insomnies. C’est cela la nouvelle santé personnalisée : elle passe par l’analyse, le séquençage, et se fonde sur l’interprétation des données et des algorithmes pour proposer sa « prescription ».

DNAFit ou Habit, aux Etats-Unis, proposent d’établir des recommandations diététiques à partir d’un test ADN : la lecture du génome permet d’anticiper des données métaboliques individuelles (intolérances au gluten, au lactose, assimilation des glucides et lipides, besoins particuliers en vitamines, etc.) pour définir un régime idéal. Insidetracker analyse 41 de vos biomarqueurs sanguins pour vous proposer un « Selfie from the Inside » – votre « auto-portrait intérieur ». Vous recevez alors un plan d’action nutritionnel et physique selon vos objectifs : renforcer votre performance athlétique, ou prolonger votre espérance de vie.  De la même façon, DayTwo analyse votre micro-biome intestinal pour prédire votre profil glycémique et définir l’alimentation adaptée. Et de tels tests deviennent de plus en plus abordables : au Royaume-Uni, Atlas Biomed analyse votre génome et votre flore intestinale pour £260, pour détecter votre propension à développer 17 affections dépendantes de facteurs génétiques, ainsi que 283 anomalies transmissibles à vos enfants. Et ce ne sont que quelques unes des 200 à 300 sociétés répertoriées dans ce secteur en explosions de l’analyse génétique ou biologique et de la santé personnalisée.

Accessibles en libre accès, le succès de ces offres témoignent d’un empowerment croissant de chacun sur sa propre santé. La prescription, la recommandation, l’information sur le « bon » mode de vie à adopter découlent d’une interprétation automatisée de vos caractéristiques génétiques ou biologiques. Petit à petit, une relation « désintermédiée » à la santé se met en place, où le professionnel de santé trouvera peut-être plus difficilement sa place.

131 millions de dollars : c’est la taille du marché de l’auto-diagnostic en 2015, soit X9 par rapport à 2010.

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et quelques grands acteurs de l’écosystème : téléchargez notre Innovatys Book 2017/2018.