Aujourd’hui, toutes les grandes entreprises ont leur programme d’ intrapreneuriat. Elles se rendent compte que déployer à l’échelle les projets portés par leurs équipes est la clé de leur croissance future. Les idées ne manquent pas. Mais comment créer de la valeur ? L’ Orange Intrapreneurs Studio s’attaque à la question en préparant la transition de ses nouveaux concepts vers le Core Business. Où l’on voit que le succès de l’innovation corporate dépend entièrement d’une démarche de transformation… Nicolas Bry, COO, nous a décrit comment le Studio a été créé ; il nous rappelle ici à quelques condition la « greffe » peut prendre en entreprise.

 

D’où vient l’inspiration de vos intrapreneurs ? Comment le Technocentre et l’Intrapreneurs Studio, votre programme d’ intrapreneuriat, se nourrissent-il de tendances ou de visions externes ?

Notre rôle est de mettre en place les méthodes et les structures pour que les intrapreneurs puissent gérer leur projet localement. Nous transférons aussi nos méthodes, avec leurs différentes phases, et les adaptons éventuellement. Et l’une de nos premières actions, c’est de composer l’équipe – en général en apportant très rapidement des compétences d’UX Design. Dès la définition du programme, nous voulons des intrapreneurs dédiés à temps plein au projet, avec un référent local et une petite équipe également détachée. Tous les projets d’ intrapreneuriat ont une Business Unit sponsor. Ce sont donc de vraies startups internes, avec en général une dizaine au bout d’un an. Nous sommes dans une vraie logique d’innovation, à vocation business.

 


« Un programme d’intrapreneuriat, c’est un tunnel de bienveillance sur une idée nouvelle »


 

En même temps, nous voyons comment le sujet suscite de l’engouement, comment la culture de l’innovation se diffuse : le programme Orange Intrapreneurs Studio devient un véritable agent de la transformation. Au moment du jury qui rassemble 200 personnes, certains voient tout simplement leurs collègues sous un angle entièrement nouveau. L’effet est étonnant. Nous faisons aussi réfléchir nos candidats sur ce qu’est un intrapreneur chez Orange. Il en ressort des définitions très fortes. Certains l’ont énoncé ainsi : « Un intrapreneur n’est pas quelqu’un qui a un superpouvoir, mais un super-vouloir ». Nous avons aussi entendu des formules frappantes comme : « Un programme d’intrapreneuriat, c’est un tunnel de bienveillance sur une idée nouvelle ». Business et transformation sont les deux versants entre lesquels se positionnent les programmes d’ intrapreneuriat. Nous avons réussi à atteindre un bel équilibre entre les deux visions.

 

Pour une entreprise, quelles sont les questions à se poser au moment de se lancer dans l’intrapreneuriat ?

D’abord, il faut bien savoir quel problème on cherche à résoudre. Nous, par exemple, nous voulions permettre à davantage de bonnes idées d’arriver à bon port. Nous avons donc cherché à transmettre notre expérience acquise dans le développement de Business Lines nouvelles.

Ensuite, Il y a 4 choses à définir pour un programme. Quelle est la cible, va-t-on impliquer tous les salariés, ou juste une partie (par exemple les plus jeunes) et que leur propose-t-on ? Comment va-t-on communiquer et entraîner ceux qui veulent proposer leurs idées ? Comment va-t-on sélectionner ? Et enfin, comment va-t-on transformer les idées incubées en business ?

Comme dans le Lean Startup, il faut savoir s’arrêter dans la conception de son produit, aller se confronter rapidement au marché et tester son MVP auprès des salariés !

 

Vous mettez la barre très haut. Vous risquez de sélectionnez davantage sur la qualité de l’équipe que sur l’idée retenue.

C’est vrai. Pour l’Orange Intrapreneurs Studio, nous avons décidé de cibler et sélectionner des intrapreneurs capables de porter leur idée jusqu’au bout, auxquels nous apportons une incubation longue avec un engagement fort sur l’accompagnement à la transformation.

Nous demandons à nos intrapreneurs d’avoir des qualités que nous testons dans la phase de pré-immersion. Ils doivent être capables d’écouter et itérer, d’être « Flexible and Stubborn at the same time », comme disait Jeff Bezos. Et nous leur demandons aussi de savoir créer des alliances en interne pour faciliter l’adoption de leur idée par une Business Unit à l’issue du programme. Leur détermination est essentielle pour que l’idée aille à son terme. C’est leur enthousiasme qui nous renforce chaque jour dans notre mission.

 

Avec 3 années de recul sur le programme, le sujet du scale-up va commencer à se poser. Comment voyez-vous la prochaine étape ?

Orange a un vrai savoir-faire sur deux axes : le développement produit, avec le passage d’un MVP à un produit déployé pour des millions de personnes , et le marketing, avec le passage des Early Adopters à une Early Majority. En revanche, nous devons encore travailler pour définir avec les Business Units des contrats de transition  Quelles sont les attentes ? Quelle sera la feuille de route, quels seront les KPIs ? Sur les ressources, nous devons aussi travailler pour voir comment gérer les équipes qui devront porter les projets une fois repris par les Business Units, comment recruter et gr andir rapidement en préservant la culture. Tout cela se travaille, tout cela prend du temps. Mais c‘est l’étape sur laquelle les projets issus des premières saisons de notre programme d’ intrapreneuriat sont engagées désormais.

 

Nicolas Bry (@nicobry) est COO de l’Orange Intrapreneurs Studio. Son savoir-faire réside dans la mise en place de labs d’innovation rapide, pour développer de nouveaux business dans le numérique. Speaker international en innovation, intervenant (Télécom ParisTech, Mediaschool, HEC), consultant freelance (pour la Communauté Européenne), il est aussi auteur du blog RapidInnovation.fr, reconnu comme l’un des blogs les plus influents sur l’innovation.

 

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et nos entretiens avec les plus grands acteurs de l’innovation : téléchargez notre Innovatys Book 2019.