Faire coexister l’innovation en mode techno-push et celle plus remontante qui vient du terrain : c’est l’objectif du dispositif d’innovation d’Orange avec le Technocentre, et son programme d’Intrapreneuriat. Agilité, pragmatisme, valeur ajoutée sont les maîtres-mots de cette structure créée par Nicolas Bry – qui nous retrace ici les contours de l’ Orange Intrapreneurs Studio, avant de nous parler du processus d’accélération mise en place.

 

Vous avez rejoint Orange en 2008. On peut avoir l’impression que l’innovation d’Orange est très diverse. Mais comment est-elle organisée ?

Notre organisation est en réalité assez simple. Nous avons d’abord les Orange Labs, qui font de la R&D. Puis le Technocentre, plus aval, qui a pour mission de prendre les technologies issues de la R&D et d’en faire des produits. Enfin nous avons les pays et les Business Units d’Orange Business Services : leur rôle est de transformer les produits en offres, destinées à des marchés bien précis,.

C’est le Technocentre qui coordonne l’ensemble des activités. Luc Bretones, qui le dirige, l’appelle la « Fabrique de l’Innovation ». Il a entre autres pour mission de communiquer avec les pays pour faire remonter leurs priorités sur les produits en catalogue, mais aussi leurs idées. C’est ainsi qu’est né Orange Money, service de transfert d’argent sans compte bancaire. L’idée est née au Kenya, et elle n’aurait clairement pas pu émerger ici : en France, tout le monde est bancarisé ! Orange a décidé de développer une plateforme capable de soutenir tous les pays africains sur ce service, et aujourd’hui nous avons 40 millions de clients !

 

Vous dirigez aujourd’hui l’ Orange Intrapreneurs Studio. L’innovation rayonne donc bien au-delà des fonctions de Recherche ou de Développement produit… 

Il y a 3 ans, nous avons constaté que nous avions acquis un vrai savoir-faire pour développer des concepts nouveaux. Je résumerais ainsi : notre rôle n’est pas de développer dans notre coin des innovations qui seraient ensuite « vendues » au Core Business. C’est de co-développer des innovations qui créent des opportunités pour les Business Units, leur donnent un avantage compétitif ou résolvent un de leurs problèmes. C’est fort de cette approche qu’est né notre programme Orange Intrapreneurs Studio.

 


« Notre rôle n’est pas de développer dans notre coin des innovations qui seraient ensuite « vendues » au Core Business. »


 

Un bel exemple de projet a été porté par un intrapreneur de notre business Fibre. Dans 20% des cas, nos techniciens ne réussissent pas entrer dans le local technique d’un immeuble pour activer le service. Il a donc eu l’idée d’une boîte à clés connectée qui s’ouvre avec le smartphone de n’importe quel technicien. Notre question est aujourd’hui : comment en faire un business, comment adresser cette offre à des bailleurs ou à des syndics d’immeubles ? Il va falloir créer une nouvelle Business Line, greffée sans doute sur notre force commerciale Fibre actuelle. Puis il va falloir repenser l’organisation, créer de nouvelles capabilités pour vendre ou pour installer – bref, organiser l’accueil de la nouvelle offre par la Business Unit cible.

Un autre bel exemple issu de notre Orange Intrapreneurs Studio se développe actuellement en terrain africain. Deux intrapreneurs d’Orange Money se sont rendu compte que le e-commerce s’y développe rapidement, mais rencontre des problèmes au niveau de la livraison. Les noms de rues ne sont pas suffisamment codifiés, on manque de bases d’adresses, il n’y a pas de cartographie. IIs ont donc eu l’idée de créer une base de points de repère pour aider le livreur à trouver le destinataire du colis.

 


« C’est ma vision, ma conviction : nous avons beaucoup de valeur à moissonner sur le terrain. »


 

D’où vient l’inspiration de vos intrapreneurs ? Comment le Technocentre et l’Intrapreneurs Studio se nourrissent-il de tendances ou de visions externes ?

Dans les deux cas, les idées viennent de la proximité avec le terrain. Nous ne sommes pas sur des sujets technos. C’est ma vision, ma conviction, et nous pouvons encore progresser : nous avons beaucoup de valeur à moissonner sur le terrain.

Tous nos salariés peuvent proposer des idées. L’année dernière, nous en avons recueilli 150. Dix équipes sont ensuite sélectionnées pour une période de pré-immersion de 7 à 10 jours autour d’une méthodologie de Business Model Canvas et Lean Startup. L’étape suivante est de pitcher devant 200 salariés, avec un jury de niveau Comex/N-1. A l’issue du pitch, 3 à 4 idées sont sélectionnées et incubées pendant 12 à 18 mois. C‘est une incubation substantielle, qui se fait au centre d’innovation Orange Gardens, dans les régions de France ou dans les pays où Orange opère. C’est ainsi qu’un projet intrapreneurial se développe aujourd’hui en Guinée. C’est un vrai challenge pour cette filiale plus petite que nos entités européennes, et c’est aussi une vraie fierté.

 

Nicolas Bry (@nicobry) est COO de l’Orange Intrapreneurs Studio. Son savoir-faire réside dans la mise en place de labs d’innovation rapide, pour développer de nouveaux business dans le numérique. Speaker international en innovation, intervenant (Télécom ParisTech, Mediaschool, HEC), consultant freelance (pour la Communauté Européenne), il est aussi auteur du blog RapidInnovation.fr, reconnu comme l’un des blogs les plus influents sur l’innovation.

 

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et nos entretiens avec les plus grands acteurs de l’innovation : téléchargez notre Innovatys Book 2019.