Les métropoles deviennent des acteurs majeurs de la transition environnementale au regard de la mobilité urbaine. Rassemblées dans le C40, elles favorisent toutes les innovations capables de réduire les inefficiences dans les transports urbains. Partage, transports en commun, multi-modalité sont ici les tendances-clés.

En mobilité urbaine, on connaissait les flottes de vélos ou de voitures partagées dans le cadre de concessions accordées par les municipalités : Autolib et Velib à Paris, Velo’v à Lyon, ou V’Lille, Citiz à Toulouse… On voit aujourd’hui apparaître des flottes en libre-service (OFO, oBike, CityScoot) aux mains d’opérateurs entièrement privés, indépendantes de stations ou d’emplacements assignés. Les collectivités voient leurs concessionnaires challengés sur leur propre territoire… Accessibles par une appli mobile qui délivre un code, entièrement dépendants d’une autorégulation par les utilisateurs, ces systèmes feront leurs preuves – ou pas, en 2018. Tous ne survivront pas.

Le covoiturage urbain entre aussi sur la scène de la micro-mobilité. UberPool avait misé sur la densité de son réseau pour le proposer en temps réel. De nouveaux acteurs le développent, en non-simultané pour l’instant. BlablaCar a élargi BlaBlaLines pour inclure la région parisienne. Les nouveaux entrants du co-voiturage urbains sont nombreux en France : Citigoo, LESS… – sur des offres programmes ou en temps réel. Karos mise sur le co-voiturage régulier domicile-travail, et utilise l’intelligence artificielle pour prévoir quels conducteurs correspondront le mieux à vos besoins sur les prochains jours.

Le point-clé pour la mobilité urbaine : pouvoir passer d’un mode de transport à l’autre, de façon fluide. Les grands opérateurs ont tous investi pour acquérir ou développer des services complémentaires, comme la SNCF avec Ouicar. Mais sans aller jusqu’à une intégration des offres. Et c’est bien sur la simplicité d’une interface unique que se jouera une adoption massive. Le futur gagnant pourrait bien être Maas Global, avec ses forfaits « tout compris » qui donnent un accès illimité aux taxis, métros, bus, vélos ou voitures en location sur la région d’Helsinki – avant déploiement sur plusieurs villes en Europe.

Multiplication – et en même temps balkanisation des offres de transport… L’enjeu à venir sera d’unifier l’offre en proposant une entrée multi-modale unique, sorte de Netflix du transport. Un nouveau rôle pour les opérateurs, les collectivités, ou pour de nouveaux entrants… ?

Plus de 1000 services de vélos urbains dans 50 pays en 2016 contre 11 villes équipées en 2004

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et quelques grands acteurs de l’écosystème : téléchargez notre Innovatys Book 2017/2018.