Certes, le travail change et on prévoit que 75% des équipes travailleront en partie à distance d’ici 2020. Mais aujourd’hui, l’entreprise reste attachée à un lieu de travail principal, centre de l’activité, symbole de pouvoir et illustration de ses valeurs.

Le Future of Work est synonyme de qualité de vie.

Qu’Apple, Facebook et Google continuent à investir dans des lieux physiques grandioses est un bien un signe que le bureau n’est pas mort. Ouvert sur l’extérieur (Facebook), ou au contraire organisé comme un campus centré sur lui-même (Apple), ces bâtiments contribuent à une corporate pride essentielle pour attirer le4692ADDE00000578-5104381-image-a-85_1511280682883s talents. Et chaque fois, il s’agit d’enrichir l’employee experience : espaces de détente, design chaleureux ou « tendance », lieux dédiés au sport ou à la relaxation, services apportés en général par des entreprises locales.  Le futur siège de Google à Londres en est un exemple éclatant : un « landscraper », immeuble tout en longueur disposant d’une demie piscine olympique, d’une piste de course, ou de terrains de basket en intérieur, il propose aussi de recréer un environnement végétal et d’offrir une expérience « totale » à ses employés. Travail, détente, sport, alimentation, il inclut également des lieux de repos pour ceux qui décideront d’y passer la nuit..

Mais là n’est pas l’essentiel…

L’agilité, premier impératif de l’entreprise

Le premier impératif, c’est de s’adapter à une organisation du travail flexible. Avec d’abord une part croissante laissée aux lieux ouverts, d’interaction casual, plus que de réunion. Avec ensuite des volumes moins cloisonnés pour les espaces de travail proprement dits. Pas des open spaces impersonnels, mais des endroits où le mobilier va favoriser le regroupement d’équipes restreintes, mouvantes. Murs mobiles, espaces délimités par des couleurs vives, alcôves, tables de travail, connectivité… Le Future of Work est aussi un sujet d’aménagement et de choix de mobilier très concret. Le lieu de travail devient un espace que de multiples équipes peuvent s’approprier au cours de la journée, pour se rapprocher, se réunir, construire ensemble – puis passer à autre chose.

La Société Générale a co-construit avec ses équipes un tout nouvel lieu, dont le maître mot est la diversité. « Les Dunes » combine 1500 postes de travail non-attribués, plus de 500 espaces collaboratifs, et continue d’évoluer au gré des propositions, de façon itérative. Il est remarquable en ce qu’il d »éploie  une échelle inédite  des principes plutôt testés à petite échelle jusqu’alors. Son ambition : créer la « rencontre » entre un projet managérial et un projet architectural.

 

Le Future of Work reflète la transformation du management.

Toutes les entreprises s’attachent à construire une organisation du travail plus efficace, plus attractive, à l’heure où la collaboration agile et le décloisonnement ont fait leurs preuves. Cette transformation culturelle est clé pour les nouvelles générations. Elle peut représenter un challenge pour ceux qui ne sont pas natifs de ces fonctionnements ouverts et mouvants. Une chose est sûre : tout doit être cohérent. La transformation culturelle, celle de l’ « image employeur », celle des systèmes de management, celle des espaces. Ce qui perturbe, c’est moins la transformation bien pensée que les dissonances dans la relation d’une entreprise à ses ressources vives. A chacune de réinterroger sa culture, ses principes fondamentaux et l’organisation de ses lieux de travail.

215, c’est le nombre de personnes qui se revendiquent Chief Happiness Officer en France sur LinkedIn

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et quelques grands acteurs de l’écosystème : téléchargez notre Innovatys Book 2017/2018.