Tous les rapports sont d’accord sur ce point : la chirurgie ambulatoire en France est insuffisamment développée. Seulement 4 opérations sur 10 sont effectuées en ambulatoire, contre 8 sur 10 au Danemark.

Alexis Hernot a décidé de créer Calmedica, une solution de chatbot  qui s’est donné pour mission d’accélérer le virage de l’ambulatoire en organisant un suivi automatisé des patients. Il répondait il y a quelques semaines à nos questions sur les enjeux de l’accompagnement tout au long du parcours de soin et sur le potentiel de l’Intelligence Artificielle en santé. Nous revenons ici sur la solution qu’il propose aux établissements hospitaliers, basée sur une technologie d’analyse du langage extrêmement avancée, mais parfaitement simple et fluide d’usage pour les malades.

Grâce à Calmedica, le patient reçoit des consignes par SMS la veille de son intervention de la part de l’équipe médicale. S’il a des questions sur les recommandations et le déroulement de l’opération, il lui suffit de répondre directement, et une infirmière se charge de l’appeler. Ces échanges par SMS réduisent de 90% les retards et augmentent de 30% le respect des consignes. C’est un moyen d’améliorer la chirurgie ambulatoire.

Le lendemain de son opération, le patient reçoit par message des questions sur son état de santé. Elles concernent généralement les nausées, les saignements, la température et la douleur. La facilité d’usage du SMS fait que le patient répond dans la plupart des cas rapidement. Calmedica est parvenu à construire des algorithmes qui obtiennent plus de 95% de taux de réponse. Le système analyse le retour, et s’il repère un problème déclaré ou une incertitude, il alerte immédiatement l’équipe médicale. Celle-ci prend alors contact avec le patient.

Seuls les patients qui le souhaitent ou qui ont un problème sont contactés téléphoniquement C’est pour eux un gain de tranquillité. Du côté des unités de chirurgie ambulatoire, Calmedica leur permet d’économiser plus de 90% de leur temps d’appel. Le bénéfice est clair : elles peuvent se concentrer sur leur cœur de métier, le soin. Les chatbots sont à la fois un axe d’économie et de progrès pour rendre l’hôpital plus efficient et plus ouvert.

Calmedica regroupe aujourd’hui une équipe de 7 personnes – deux fondateurs (l’un ingénieur, l’autre médecin), une responsable client, et 4 développeurs et ingénieurs spécialisés en Intelligence Artificielle. Dans ce domaine en évolution rapide, se tenir au fait de la recherche en Machine Learning et en Deep Learning est crucial. Côté santé, ce sont les contraintes réglementaires et les attentes des clients qui poussent à améliorer sans relâche la solution.

Une première levée de fond en 2015 a permis de démarrer l’activité ; aujourd’hui, Calmedica s’autofinance grâce à ses premiers clients. Le CHU Saint-Antoine à Paris a été un early adopter, d’autres hôpitaux ou cliniques ont suivi. Calmedica compte passer le cap du million de chiffre d’affaires en 2019, profitant notamment d’une forte expansion à l’international dans 6 pays (Grèce, Italie, Angleterre, Qatar, Koweit, Arabie Saoudite), et de l’absence actuelle de concurrence directe.

 

Découvrir nos points de vue, les tendances de l’année, et quelques grands acteurs de l’écosystème : téléchargez notre Innovatys Book 2017/2018.